Tout comprendre sur les dividendes

INTRODUCTION SUR LE PRINCIPE DES DIVIDENDES

Tout d’abord, une action est une partie d’une entreprise, donc comme tout partenaire, l’actionnaire à le droit à une certaine partie des bénéfices de l’entreprise.

Pourquoi est-ce que les actionnaires reçoivent des dividendes, alors que ce sont les salariés et les fondateurs qui créent de la richesse ?

Les salariés travaillent et sont rémunérés via un salaire par rapport à la main d’œuvre qu’ils rapportent à l’entreprise, les actionnaires remportent le capital, le financement et ils sont rémunérés avec les dividendes.

Mais vous pouvez me poser la question suivante : mais une fois que l’entreprise fait son introduction en bourse, pourquoi les actionnaires seraient rémunérés, la bourse n’est pas juste un endroit pour réaliser l’échange d’actions ?

Les actionnaires ont investi dans l’entreprise, ils ont donc un pouvoir de vote dans les décisions de l’entreprise. Ils participent donc à son administration. De plus, ils ont le risque lié aux affaires de l’entreprise.

Les entreprises peuvent émettre des nouvelles actions et les actionnaires auront la préférence d’achat sur les titres avant le reste des investisseurs du marché. Les actionnaires sont rémunérés en contrepartie du risque qu’ils prennent en investissant dans le business. Ils sont donc des partenaires de l’entreprise.

Au jour d’aujourd’hui, 42% des actionnaires du CAC 40 sont des petits épargnants, comme moi, toi et ton voisin, l’actionnaire dans la vraie vie n’est donc pas forcément le cliché du riche homme d’affaires, en costume.

Les grandes familles possèdent que 6% des actions, les entreprises elles-mêmes 9% et l’état environ 7%. Les 36% restants sont dans les mains des fonds d’investissements et des institutions financière en général.

Une fois compris le rôle des dividendes, au sens de la rémunération des actionnaires et pourquoi ils reçoivent des dividendes, nous allons toucher la partie plus technique.


LA GENERATION DE DIVIDENDES

L’entreprise, quand elle fait des bénéfices a trois principales manières d’utiliser ce montant d’argent :


1) Réinvestir en soi-même :

  • Recherche et développement (R&D) pour innover.

  • Création de nouveaux projets.

  • Acquisitions (croissance externe).

Si l’entreprise réinvestie bien son argent, elle pourrait créer encore plus de la richesse, mais en même temps, un projet mal planifié et opéré pourrait simplement être une perte d’argent.


2) Distribuer des dividendes : une façon de rémunérer les actionnaires, qui pourrait en attirer des nouveaux, si le dividende est intéressant.


3) Réaliser des rachats d’actions :c’est aussi une forme de rémunération pour les actionnaires. En effet, si l’entreprise rachète ses actions, il y aura moins d’actions en circulation sur le marché et donc l’action pourrait aisément augmenter en terme de prix, après les rachats.


Exemple : une société possède 1000 actions dans le marché, vous possédez 4 actions. Si l’entreprise rachète 200 actions, il y aura seulement 800 actions disponibles dans le marché. Vous possédez encore 4 actions donc vous possédez maintenant une part plus importante de l’entreprise qu’auparavant.


Dans la pratique, la majorité des entreprises font un mélange de ces trois stratégies, mais on va se focaliser sur les entreprises qui versent de dividendes, cela correspond à environ 80% des moyennes et grandes capitalisations.


Vous avez sûrement déjà entendu l’argument, disant que les dividendes ne sont pas de la création de richesse à partir de zéro, en effet, les dividendes seront détachés de la valeur de l’entreprise. Dans la théorie, c’est vrai. Je vous explique :

après avoir payé les salariés, les fournisseurs, les frais administratifs, la manutention des machines, la manutention des bâtiments, etc… Pour simplifier, on arrive aux profits de l’entreprise. Cette dernière est en soit constituée de la somme de tous ses actifs, bâtiments, terrains, machines, marque auquel on ajoute ses profits. Alors, si l’entreprise prend une partie du profit et le verse à ses actionnaires, l’entreprise perd cette quantité d’argent qui pourrait rester dans sa trésorerie. Donc c’est un montant détaché de la richesse de l’entreprise.


Vous pouvez donc penser que les dividendes ne servent à rien, mais ce n’est pas le cas, on ne peut pas avoir une conclusion binaire.

Une erreur, dans l’analyse de dividendes est de faire cette dernière en comparant le jour de détachement de dividende et le lendemain, c’est-à-dire, quand l’entreprise perd la valeur du montant de dividendes versés à l’actionnaire. La manière correcte est d’analyser un cycle complet d’exploitation de l’entreprise, donc en termes financiers, une année complète de travail, d’un versement de dividende au suivant.


Imaginez :

soit une action qui est négociée à 100 euros le 15 juillet, elle doit distribuer un dividende de 10 euros par action, le lendemain, le 16 juillet, le cours d'ouverture de l'action sera égal à 100-10 = 90 euros, s'ajustant automatiquement en tenant compte du paiement du dividende.


Suivant cette technique, il n'y a pas de traitement inégalitaire entre les actionnaires. Celui qui possédait l'action avant le versement a toujours 100 euros (une action à 90 euros et un dividende à 10 euros). Celui qui commence à investir à partir du 16 juillet n'a pas eu droit aux dividendes et il prendra le cours avec la réduction du dividende, car il n’a pas participé aux activités de l’entreprise comme actionnaire pendant la dernière année, celle où les dividendes ont été versés.


Pour expliquer ce point vu, je vais utiliser une métaphore très rurale : imaginez que vous êtes un éleveur et que vous avez une vache qui coûte 20.000 euros.

Quelques mois plus tard, vos employés rapportent que la vache est enceinte d'un veau.

Êtes-vous d'accord que, maintenant, le prix de la vache a un peu augmenté ? Après tout, son prix est composé de son prix intrinsèque (le prix de la vache), ajouté au prix du veau. Si le veau coûte 3 000, cela signifie que le prix de l'ensemble est maintenant 23 000. Le jour où le veau en sera retiré, le prix de la vache passera de 23,000 à l'original 20,000 (mais l'éleveur a gagné 3.000 de dividendes et il a encore la vache à 20.000).


Donc le dividende ce n’est pas de la richesse crée à partir de zéro, car c’est un montant de l’argent qui sort de la trésorerie de l’entreprise. Mais il, est aussi important de souligner que le dividende est une forme de richesse versé à l’actionnaire, ce n’est pas de l’argent perdu de la part de l’entreprise non plus.

Comme vous pouvez voir dans l’image ci-dessus, au lendemain de détachement, le cours de l’action Danone a chuté d’environ la même valeur que celle du rendement des dividendes de Danone. Mais cet argent n’a pas été brûlé, il est allé dans la poche des actionnaires. Si vous êtes actionnaires, vous êtes comme le propriétaire de la vache qui a eu un petit veau, le veau maintenant vous appartient et vous continuez avec la vache.


L’EFFET BOULE DE NEIGE DES DIVIDENDES

Il est primordial de parler de l’importance des réinvestissements des dividendes, que l’on nomme : l’effet boule de neige.

L’article suivant The Power of Dividends Past, Present, and Future de 2020 montre une étude complète des dividendes versés les dernières décennies. Dans le graphique suivant vous pouvez remarquer l’importance de réinvestir les dividendes, que ça soit dans la même entreprise ou dans une autre entreprise de votre portefeuille :

Sur une période de long terme, le réinvestissement des dividendes devient un atout majeur pour augmenter la rentabilité moyenne annuelle de vos investissements.

Si on analyse l’impact des dividendes sur le marché américain par décennie, on arrive au graphique suivant :

Le réinvestissement de dividende est responsable en moyenne de 42% de la rentabilité du marché (entre 1930 et 2019). Certaines années cela peut diminuer ou augmenter. Pendant les années 70 par exemple les dividendes ont été responsables pour 73% de la rentabilité du marché boursier.


LA PIEGE DU RENDEMENT ELEVÉ

Ne jamais investir que en regardant le rendement des dividendes !

Si le cours d’une action vaut 50 euros et que le cours tombe à 25 euros le rendement semble valoir le double, mais simplement l’action a perdu 50%. Si le cours d’une action tombe le rendement monte proportionnellement, donc faites attention à la raison de cette chute et surtout n’investissez pas ou portez une attention très particulière, dans les sociétés à très fort rendement, il y a dans la majorité des cas un piège bien caché. En plus, l’entreprise qui passe par des crises peut couper ses dividendes.


Comme vous pouvez remarquer dans le graphique suivant, les entreprises avec les rendements les plus élevés normalement ne sont souvent pas des bons investissements à long terme, car le rendement est élevé à cause d’une chute du cours de l’action, et ce type de chute, normalement, arrive avec d’autres problèmes dans le business.


Si on divise les entreprises cotées en 5 groupes, en partant du quintil 1 (le rendement le plus élevé) ce sont le deuxième et troisièmes groupes les plus performants, qui battent l’indice de référence. Donc regarder seulement la valeur élevée de rendement n’est pas un paramètre pour choisir une bonne entreprise à dividendes.

Ce n’est pas le dividende en soi qui crée de la richesse, mais la tendance de toujours verser des dividendes, car cela montre la force de l’entreprise qui attire des investisseurs, ce qui fait aussi à terme monter son cours.


Certains investisseurs disent que si l’entreprise investie sa trésorerie dans des nouveaux projets, elle générera plus de recette et donc, l’investisseur sera gagnant avec la monté du cours, c’est vrai. C’est le cas par exemple de google, Facebook, Tesla etc.… des entreprises qui ont besoin d’un énorme investissement d’argent pour continuer à se développer, mais que dire des entreprises de génération et transmission d’énergie, les entreprises ferroviaires dont les investissements massifs ne sont pas nécessaires, dans ce cas le versement de dividendes est presque obligatoire.


LE TAUX DE VERSEMENT DE DIVIDENDE

Dans l’image suivante, on a séparé le marché dans 5 groupes, on analysera les deux premier quintils, le premier a un taux de versement de dividendes d’environ 73%, donc elles versement environ 73% de ses bénéfices en forme de dividende, le deuxième quintil verse environ 43% de ces bénéfices sous forme de dividende.

Une entreprise qui verse plus de 70% de ses bénéfices en forme de dividende aura du mal à bien performer à long terme, par contre les entreprises qui versent entre 25% et 65% de leurs bénéfices en forme de dividende sont capables de le faire sans impacter leur business à long terme en générant de la richesse vers les actionnaires.


ENTREPRISES A DIVIDENDE : STRATEGIE GANGANTE ?

Dans le livre What works on wall street, il nous est montré des centaines de types de portefeuille et stratégies, ainsi que leurs rentabilités depuis les années 50. Deux stratégies principales sont gagnantes à long terme les Small caps, petites capitalisations et les entreprises corner stone, celles leaders de marché qui versent des dividendes et font des rachats d’actions.

Les stratégies à dividende fonctionnent très bien à long terme. Les entreprises qui versent des dividendes ont une volatilité moins élevée sans avoir un impact sur la rentabilité à long terme, comme vous pouvez remarquer dans l’image ci-dessus.


CONCLUSION

QUAND LES DIVIDENDES SONT-ILS UTILES ?

  1. Pour quelqu’un qui utilise les dividendes pour payer ses propres dépenses mensuelles ou annuelles : dans ce cas, les dividendes sont simplement une forme de rente passive. C’est le même principe que de posséder plusieurs biens immobiliers et vivre de la rente générée par ces biens.

  2. Pour ceux que souhaitent diminuer la volatilité de leurs portefeuilles. Donc pour ceux qui sont plus conservateurs et souhaitent bâtir de la rente passive à long terme

  3. Pour ceux qui souhaitent mélanger une stratégie agressive comme l’investissement sur les small caps avec celle de dividendes pour une rentabilité optimisé et moins volatile.


Astuces finales

Ne Jamais choisir une entreprise en regardant seulement la valeur de rendement, car même si son objectif est de verser uniquement des dividendes, vous devez choisir des entreprises pérennes et stables, il faut étudier par conséquent d’autres ratios de l’entreprise souhaitée.

Investir dans les dividendes est une excellente stratégie comme je vous ai montré, mais attention :

  • Évitez les entreprises qui versement plus de 70% de leurs bénéfices en forme de dividende, sauf pour des secteurs très spécifiques.

  • Évitez les entreprises à rendement très élevé, cela n'est pas toujours bénéfique sur le long terme, celles qui possèdent un rendement entre 3% et 6% sont fréquemment les plus solides.

  • Analysez les autres ratios de l'analyse fondamentale : regarder seulement le rendement, c'est se limiter et prendre un risque.


Qui sommes- nous?


Ayera Capital est un club d’investissement multi-asset et multi-stratégie.

Notre volonté est de démystifier le jargon financier et les instruments de placement bénéficiant d’un rendement attractif et d’un risque mesuré.


En savoir plus sur l'auteur de l'article : Michael Ravaneda.


Découvrez notre club d'investissement en version visiteur ou en tant que membre dès maintenant.


Avant tout investissement, veuillez vous renseigner sur les risques. Ayera capital club ne peut être tenu responsable, veuillez lire nos mentions légales.




74 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout